• "Ecouter le silence à l'intérieur" - Thierry Janssen

    Thierry Janssen, chirurgien, psychothérapeute et maintenant accompagnant psycho-spirituel, nous livre un témoignage cash, direct, authentique à travers ombres et lumières de sa quête de silence intérieur pour se retrouver plus en conscience avec lui-même. Avec pédagogie et douceur, il nous invite à entrer dans ce cheminement pour sortir des conditionnements du mental et avancer vers la "pure conscience", celle qui , comme l’œil du cyclone, nous offre un espace de paix, d'amour quand le mental, les émotions sont tourbillonnantes et non maîtrisables. Son enseignement est très semblable à ceux d’ Eckhart Tolle, AdyashantiKrishnamurti , Jean Klein , David Ciussi, Ramana Maharshi et autres enseignants de l’approche non-duelle. Ce qui le caractérise est une approche simple, très limpide et pragmatique et facile à comprendre.

     

    ♥ VIDEO/TEXTE ♥

    vidéo:

    Ecouter le silence Thierry Janssen

    audio:

    Ecouter le silence | Thierry Janssen

     

     
     

    « Écouter le silence à l'intérieur est un défi de taille pour nous qui vivons distraits par le monde extérieur, agités et stressés, le cœur souvent fermé. »

    Le mental représente l"ensemble des capacités cérébrales qui nous permettent de penser. L'Ego est l'identité que notre mental nous attribue avec le "Je". Il génère en nous le sentiment d'exister et d'être séparé de notre environnement. Il nous entraîne à poser des actes en permanence pour éviter que notre moi connaisse la peur de disparaître.

    La conscience dénommée par Thierry Janssen "pure conscience" se perçoit essentiellement par une pratique méditative. En apaisant et même en déactivant le mental, elle constate (sans jugement) et elle accueille ce qui est. Elle est paisible, silencieuse et aimante.

     

    Comme Eckhart Tolle, Thierry Janssen nous invite à non-seulement consacrer un moment chaque jour à la méditation mais surtout d’inclure ce processus en 4 étapes dans la vie de tous les jours, chaque fois que l’on peut, à chaque heure, chaque minute puis finalement à chaque instant de nos existences. Il s’agit de pratiquer de nombreuses « mini-méditations » au cours de la journée plutôt qu’une méditation longue de temps en temps.

     

    1ere étape: Se poser, se déposer, se reposer Se poser

    2e étape : Ouvrir son cœur

    3e étape: Écouter le silence à l'intérieur

    4e étape : Devenir le silence

     

     

    Thierry Janssen extraits tirés de différentes revues.

     

    Source des articles

     

    Quelle est votre définition de la spiritualité ?

     La spiritualité est, il me semble, la plus haute expérience que nous pouvons faire.

    C’est le moyen de découvrir, de réaliser et d’accomplir ce qui est immuable et éternel en nous : le silence, la paix et l’amour inconditionnel. Écouter le silence en tout être et en toute chose est l’attitude la plus spirituelle que je connaisse. Voilà pourquoi nous sommes si joyeux au contact de la nature.

    Car la joie est le signe de notre connexion à l’essence. Ce n’est pas un contentement provoqué par des circonstances extérieures mais plutôt une émotion de pleine vitalité qui surgit depuis l’intérieur, quelle que soit la situation que nous vivons. Inévitablement la spiritualité nous relie à tout, au Tout.

    Elle nous fait éprouver le sentiment d’unité. Elle devient alors un humanisme qui incite à exprimer le meilleur de soi, en lien avec les autres, au service de la vie. Elle est une dimension absolument nécessaire qui permet à l’être humain de trouver sa juste place dans la nature, au sein du cosmos.

     

    Quelle est la différence entre développement personnel et approfondissement spirituel ?

    Le développement personnel consiste à apprendre à nous connaître au niveau de notre personnalité, comprendre les peurs, les défenses et les conditionnements qui sont à l’origine de nos actes. L’approfondissement spirituel consiste à découvrir ce qui est au-delà de notre personnalité, au-delà de notre identification mentale à l’ego. Il permet de découvrir que, tout au fond, à l’essence de l’être, nous sommes paix, silence et amour, nous

    sommes la pure conscience qui peut constater l’agitation de notre personnalité, l’accepter, l’aimer, l’apaiser, jusqu’à ce qu’elle devienne paix, silenceet amour... l’essence de l’être, ce qui reste quand le superflu et le passager ont disparu.

    Le danger du développement personnel, c’est qu’il devienne un moyen de renforcer l’ego dans saposture séparée et individualiste... surtout dans nossociétés qui valorisent tant l’individualisme voire l’égoïsme. C’est la raison pour laquelle j’insiste beaucoup pour que toute démarche de développement personnel s’inscrive dans une perspective d’approfondissement spirituel. Bien connaître notre personnalité grâce au développement personnel permet alors de mettre notre ego au service de plus grand que lui... au service de la Vie, dans l’union et l’altruisme que nous enseigne l’approfondissement spirituel.

    J’insiste aussi pour bien différencier la spiritualité de la religion, car on peut parcourir un chemin d’approfondissement spirituel sans adhérer à une religion.

    Et certaines démarches religieuses peuvent manquer de spiritualité si elles ne restent pas en lien avec une profonde compréhension de l’essentiel à laquelle l’éveil de la conscience permet d’accéder.

     

    Selon vous, ces expériences doivent aussi s’inscrire dans une démarche psychocorporelle ...

    Mon parcours a été très tôt marqué par une difficulté avec le corps. D’abord parce que j’avais un corps complètement déformé. J’ai dû beaucoup le corriger par des exercices de gymnastique quand j’étais petit. Maintenant, je sais quelle est la valeur d’être dans son corps et c’est ce qui m’a permis de rester vivant. Si le mystique peut partir loin, il doit aussi rester bien ancré, justement, dans la réalité, dans le corps.

    Aujourd’hui, j’insiste beaucoup sur la place du corps, sur l’ancrage dans la matière...

    Car dans la vie, on peut sentir tellement de choses si on est à l’écoute et relié à la réalité de l’instant, si on arrête de croire à nos pensées et si on écoute ce que l’on sent. Il n’y a pas de spiritualité qui ait une vraie valeur incarnée si elle ne passe pas par le ressenti corporel.

    Aussi, on ne peut pas faire l’économie d’une ouverture du cœur physique, énergétique, corporel. Des méditations où toute la journée on se dit : «J’aime tout le monde, tout le monde est gentil, j’aime mon meilleur ennemi », c’est très bien, mais cela reste un exercice du mental. Grâce à une méditation où on ouvre la poitrine, où on ouvre l’énergie, on libère les tensions de cette zone qui peut être très fermée, on accepte de sentir la douleur et cette sensibilité énorme.

    Alors il y a quelque chose qui change profondément en nous, dans notre présence, dans notre qualité d’être. C’est une démarche que l’on peut qualifier de tantrique dans le sens où c’est un profond apprentissage de la conscience corporelle de la vie en nous, de l’énergie en nous.

    Dans votre livre, vous écrivez que beaucoup de personnes victimes de burn-out ou de dépression traversent en fait une « nuit noire de l’âme »...

    Au cours de la longue retraite que j’ai effectuée pour me préparer à ouvrir l’École de la Présence thérapeutique, j’ai connu une période très sombre au cours de laquelle j’ai vu les monstres intérieurs dont parlent certains mystiques.

    J’ai vu mon ego aux prises avec ses propres tourments. Plusieurs amis psychiatres me disaient en dépression. Moi je savais que je traversais une « nuit noire de l’âme » au sens

    où l’entendaient Thérèse d’Avila et Jean de la Croix. C’est un grand désespoir intérieur. L’âme est blessée, elle ne trouve pas son chemin, l’amour dont elle a besoin. L’ego, le moi, la personnalité empêchent cette âme de se nourrir d’amour, parce qu’ils la jugent, trouvent que ce n’est pas assez bien, ils ont des attentes... Parfois une aide médicamenteuse peut aider mais je pense qu’il faut avant tout ouvrir le cœur, accueillir l’ego, rester connecté au noyau profond de l’être, à la pure conscience paisible et silencieuse qui constate ce qui est. J’ai choisi de faire cette expérience. À un moment j’ai vu mon ego prêt à l’autodestruction plutôt que de lâcher prise. J’ai ouvert mon cœur, je me suis accepté comme j’étais. Cela a duré plusieurs mois mais, au bout du compte, j’ai pu vérifier, sentir que malgré l’agitation, le stress de ma personnalité, il y avait un noyau paisible à l’intérieur. Notre vraie nature, notre essence profonde, n’est pas celle du mental et de l’ego mais bien celle du silence, de l’amour.

     

    liens:

    liens audios : 

    - méditation guidée (les 4 étapes)

    https://www.youtube.com/watch?v=iKN2slpYHJ8

     

    - https://rcf.fr/culture/livres/ecouter-le-silence-l-interieur

     

    - https://www.femininbio.com/blog/blog-bien-etre-bio-anne-ghesquiere/thierry-janssen-j-apprends-a-ecouter-silence-a-l-interieur-episode-6-95121

     

     

    quelques vidéos :

     

    - https://www.edlpt.com/pages/oser-la-spiritualite?locale=fr

     

    - https://www.youtube.com/watch?v=6rPbIM_fuAY

     

    - https://www.youtube.com/watch?v=UDuG3lp8Rac

     

    -https://www.edlpt.com/pages/videos?locale=fr

     
     
    « VIVRE EN PRESENCE 1: Tolle - Advaïta Danse d' Harmonisation ? Danse Sacrée ? »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :